Grosliers_Bournet
Saint Hippolyte
DECOUVERTE Environnement " La VALLEE des PRADES "

DECOUVERTE de la FAUNE et de la FLORE
DECOUVERTE D' UNE RICHE VALLEE NATURELLE

Notre cité côtoie des zones naturelles reconnues d’un grand intérêt écologique, paysager, faunistique et floristique.
La commune de Châtel-Guyon s’inscrit dans le périmètre du Grand Clermont; dans ce cadre une étude a été réalisée,
afin de conduire une réflexion qui permette la mise en place d’une gestion, cohérente des espaces naturels. Cette vallée boisée, avec ses pentes abruptes prend en compte cette vocation écologique et paysagère, dans le souci constant d’une préservation.
La vallée des Prades s’étend depuis le bas du village des Grosliers jusqu’au dessus du village de Loubeyrat, vers les Combrailles.
Elle est dominée, par le Roc Errant (un gros bloc de roche) elle drainée par le ruisseau des Grosliers.
L’entrée de la Vallée est marquée par un élargissement du ruisseau formant un plan d’eau, réservé aux pêcheurs.
Ce site donne une belle perception de la vallée se refermant dans des gorges étroites

Zone d'intérêt écologique, paysager:

C'est particulièrement par sa diversité et la qualité des lieux ; un milieu sauvage où l’homme n’intervient pas, voir pour assurer une protection. De multiples faits à savoir, des coteaux avec des pentes abruptes, la variété topographique sur un même site. Le passage
d’un ruisseau apportant l’eau à la vie, une zone en grande partie boisée pour la sécurité du gite, les différentes essences cet ensemble d’avantages réunis, justifie l’intérêt de préserver et protéger cette vallée, seul point une route départementale, mais peu fréquentée
.

L’aspect floristique:
Les sous bois sont très florifères comme des plantes herbacées vivaces de la famille des liliacées;
Elles sont la surprise des amoureux des sous bois et font le bonheur du 1er mai;
D’autres espèces  selon leurs périodes de floraison embellissent le fond de la Vallée très verdoyante.

.
Richesse faunistique :

La présence de petites rivières bordées par des pentes rocheuses et boisées ; où se trouvent les classes animales ( une cinquantaine d’oiseaux repérée) parmi lesquelles nous pouvons dégager trois espèces emblématiques et rares caractérisant chacune un milieu différent et complémentaire : la loutre pour le réseau hydrographique- le pic noir pour les forêts et le hibou grand duc pour les pentes rocheuses

Le hibou grand duc, figure dans la liste de la Directive Européenne « oiseau »,
il a multiplié ses effectifs grâce à cette protection, cet
oiseau est le plus grand rapace nocturne d’Europe avec une envergure d’un mètre soixante dix.
Il  affectionne les vallées encaissées et tranquilles, dans les pentes desquelles,
il niche le plus souvent à même le sol ou sur un rocher dominant la vallée.

Son plumage est roux strié de noir. Son cri : souflements étranges comparable à ceux produits par une machine à vapeur;
" hou- oh, kreck, bouboubou " Il possède une grande capacité de vol, il glisse plus qu'il ne vole, il est capable de s'élever trés haut dans le ciel.
Trés craitif, toujours sur la défensive; face à l'enemi il gonfle son plumageet triple de volume. Il est classé dans la catégorie des supers prédateurs .
D'une force retoutable, il n'hésite pas à s'attaquer à de grosses proies. Il se nourrit de petits rongeurs, renardeaux,
même des rapaces (comme la buse).Il avale la tête et englouti la proie entière; l'on retrouve des pelotes regurgitées de 8 à 10 cm voir plus. de 18 cm.
La femelle pond 2 à 3 oeufs blancs, qu'elle couve pendant 35 jours environ, les jeunes volent au bout de 70 jours.
ils emettent des souflements chuintants"" chei...chuih " qui persistent pendant six mois. Il est sédentaire, il ne quitte pas son domaine l'hiver.
Vous puvez voir ces empreintes sur la photo

Le pic noir, est le plus grand de tous les pics avec une envergure de soixante dix centimètres.
Il se cantonne aux massifs forestiers et aux grands arbres dans lesquels.il creusesa loge.
.
Il possède un pic fort et pointu pour attaquer le bois, il a des coussinets dans le crâne
pour absorber les chocs et protéger son cerveau. Il vie en solitaire
Il est muni d'une langue cylindrique pour capter les larves, insectes et fourmis.
Ces pattes sont de véritables pinces avec deux doigts vers l'avant et deux
vers l'arrière pour s'accrocher parfaitement. Ces plumes trés rigides, lui servent
de point d'appui et lui permettent de se tenir toujours dressé.
Il a un vol onduleux.Il pond vers avril, c'est le mâle qui couve les oeufs,
mais ce sont les deux parents qui nourrissent les petits.
Aprés un bon mois d'apprentissage pour le vol, tous se dispersent.
D’autres espèces nichent régulièrement, dans cette vallée.
La L.P.O. organise chaque année des sorties dans cette vallée pour écouter.

l’ engoulevent au crépuscule avec son cri spécifique.
Le balai et la découverte du chant de différents oiseaux sont une attraction,

Engoulevent

La loutre, qui était devenue rare au point qu’elle avait disparue de nombreux départements;
aujourd'hui la quasi-totalité de l’Auvergne est en extension naturelle sur la rivière Allier.
Elle a par la suite  colonisé la Morge d’où elle est remontée, dans le ruisseau du Chambaron puis celui
des Grosliers, réoccupant ainsi la vallée des Prades
Sa présence a également été constatée sur le ruisseau du Sardon avec la possibilité d’atteindrela vallée de San Souci.
La loutre appartient à la famille des mustélidés, son nom latin est lustra, signifie bain ou lavage.
Sa tête aplatie, sa gueule fendue, ses yeux au niveau des oreilles, donne l'apparence d'un phoque en miniature.
Sa peau souple et résistante est recouverte d'une fourrure épaisse avec deux sortes de poils, un court laineux,
c'est la bourre l'autre raide et brillant.
Elle a un pelage brun plus foncé sur le dos et les flancs, une queue trés musclée.
Son gîte, appelé Catiche en milieu aquatique est multiple en fonction de ces déplacements.
Il se constitue d'un trou dans une bergeen dessous du niveau d'eau,
c'est un boyau pouvant atteindre 3 mètres de long,
avec une chambre tapissée d'herbes sèches et une aération,
qui peut servir de sortie de secours dans un fourré invisible.

Ces empreintes sont trés lisible dans le sol mouvant. voir photo

sapin pectiné

Le couvert forestier :
La vallée des Prades est dominée par le Roc Errant; cette vallée constitue un large couvert forestier,
avec une belle futaie de conifères et sur une partie sèche, des futaies de chênes et
des sous taillis de châtaigniers. Elle est drainée par le ruisseau des Grosliers.
.L’entrée de la vallée est marquée par un élargissement du ruisseau formant un plan d’eau, qui est réservé
aux pêcheurs..Ce site donne une belle perception de la vallée se refermant, dans des gorges plus étroites.
La forêt est aussi très diversifiée ; dans ce secteur du versant nord ce sont en majorité des conifères,
avec des futaies de pins sylvestres parsemées, de chênes, de châtaigniers et de jolis sapins pectinés.
Dans le bas ce sont des feuillus.
...L’O.N.F. y pratiquait des sorties, pendant la saison estivale pour faire découvrir, les différentes essences,dans le sentier « chemin vert ».   Les travaux de coupe ont considérablement changé la physionomie de ce sentier et cette forêt n’est plus la forêt de référence.